Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Projet centre pénitencier


Lundi 16 janvier 2017 avait lieu à la salle des fêtes de Saint-Bonnet-les-Oules une nouvelle réunion d’informations sur le projet de la prison Loire sud.
Une fois de plus, l’absence des élus majoritaires d’Andrézieux-Bouthéon est à déplorer. Cela n’est bien-sûr pas étonnant au vu de la réputation de ceux-ci. Cependant l’implantation géographique de cette prison concerne tout autant notre commune que Saint-Bonnêt-les-Oules. Cet individualisme est affligeant.
Nous avons pu noter la présence du maire de Saint-Galmier, de Veauche, Chamboeuf et ses élus, l’association veauchoise et bien entendu Monsieur Guy FRANÇON, maire de Saint-Bonnêt-les-Oules.

Le périmètre d’installation de la prison a été augmenté, passant de 5-10 hectares à 10-15 hectares, sur des surfaces classées agricoles. Pour ce type de construction, l’Etat peut faire abstraction de l’avis du maire sur le permis de construire.

Autre nouveauté, une nouvelle gendarmerie de 40 militaires serait envisagée près du site, peut-être sur la commune de Veauche. En effet les brigades d’Andrézieux-Bouthéon, Saint-Héand et Saint-Galmier sont considérées comme trop éloignées. Interrogée par une personnes, la maire de Veauche n’a aucune information à ce sujet et ne découvre ce projet de prison qu’en réunion publique. Ces demandes d’invitations aux réunions du projet en préfecture lui sont toujours refusées. Là aussi, le comportement de la préfecture envers les élus locaux est des plus étonnant.

Les principales inquiétudes des habitants et élus locaux sont la proximité de la prison avec le pôle jeunesse de Veauche (collège, crèche, gymnase), les populations malveillantes que peut attirer la prison, le risque d’évasion notamment pendant les transferts et la proximité avec la RD 100, axe qui peut être fermé en cas d’incident chez SNF (problème d’évacuation du personnel et détenus) et surchargé en temps normal.

Le maire a fait part d’une nouvelle information, je cite « le site de la Talaudière est retenu en projet de semi-liberté »

Les habitants sont très remontés contre ce projet, plusieurs actions sont prévues afin de faire réagir les autorités compétentes.
Toujours d’après Guy FRANÇON, Monsieur le préfet s’est dit « très agacé » par les différentes manifestations d’opposition organisées.

Il a ensuite conclu en évoquant la « frilosité des parlementaires » dans ce dossier.

Les commentaires sont fermés.