Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

PROJET DE MAISON D'ARRET DANS LE FOREZ ....

Nous étions présents dans la salle Sylvestre de la commune de Saint-Bonnet-les-Oules lundi 07 novembre 2016 afin d’éclaircir ce dossier bien obscur.


Trois sites était désignés pour une nouvelle implantation de la maison d’arrêt de la Talaudière; Andrézieux-Bouthéon, Roche la Molière et Saint-Bonnet-les-Oules.
Le verdict est tombé le 02 novembre dans les colonnes du Progrès « le ministère de la justice a pris la décision de valider le site de Saint-Bonnet-les-Oules ». Ces mots sont ceux du chef de cabinet du préfet de la Loire.

Cependant beaucoup d’aberrations demeurent dans ce dossier.
Tout d’abord, le député Paul SALEN a appris à titre confidentiel l’implantation de cet établissement via un SMS du préfet le 27 octobre dernier, et le maire via la presse.
La proximité avec un site classé seveso (SNF), un aéroport (Bouthéon) et un collège (Veauche) ne semble en rien déranger les services préfectoraux.

Le 06 novembre, le Garde des Sceaux Jean-Jacques URVOAS en personne répondait à un e-mail de l’association des habitants par, je cite, « […] Pour ma part, je n'aurais à connaître ces suggestions qu'à partir du 16 décembre. […] Seuls primeront alors les critères de l'intérêt général et des besoins de l'autorité judiciaire. »
C’est l’incompréhension. La préfecture certifie que le lieu est retenu, le ministère certifie le contraire.

Nous sommes ici dans un véritable déni de démocratie. Il n’y a eu aucune concertation et communication avec les élus locaux et les habitants.
La manière dont a été prévenu le député (par sms) et le maire (par les médias) est aussi condamnable pour un projet aussi important qu’une maison d’arrêt.
Pour le cas de notre ville, Jean-Claude SCHALK a appris qu’Andrézieux-Bouthéon était un site potentiel via la presse, d’après Guy FRANÇON.

Le choix de Saint-Bonnet-les-Oules est aussi à remettre en question.
Que faire des 550 détenus en cas d’accident majeur chez SNF? Doit-on laisser les personnes en semi-liberté prendre la même ligne de bus que les collégiens de Veauche? Un village de 1600 habitants peut-il prendre en charge l’eau potable, les eaux usées, les démarches administratives de 550 nouveaux habitants forcés? Oui, les détenus d’une prison sont considérés comme domiciliés sur la commune de détention.


D’après les dernières informations dont nous disposons, le cahier des charges d’un établissement pénitentiaire exclut entre autre un emplacement dans un périmètre Seveso, une proximité avec un aéroport ou un aérodrome et l’environnement proche ne doit pas permettre des vues plongeantes sur l’édifice depuis une position extérieure à l’établissement.
Ces trois critères permettent déjà à nos voisins de voir une issue positive à ce feuilleton administratif.
De plus, le député Paul SALEN a eu une conversation le 08 novembre à l’Assemblée Nationale avec le garde des Sceaux. Le ministre à certifié qu’aucun site n’était encore arrêté.

Donc à ce jour, rien n’est acté. Le 16 décembre sonnera surement la fin du suspense.

L'absence des élus de la majorité ainsi que de l'opposition a été remarqué, nous apportons notre soutien de simple citoyens à Saint-Bonnet-les-Oules et saluons leur combativité.

st bonnet les oules.jpg 

 

Écrire un commentaire

Optionnel