Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Association "Quel avenir pour notre Forez Sud"

    Article paru sur www.zoomdici.fr le 14 mai 2012.

    L'association "Quel avenir pour notre Forez Sud" vient de voir le jour sur la Communauté de communes des Pays de Saint-Galmier.

    Cette association qui regroupe des habitants des Pays de Saint-Galmier a son siège boulevard Pasteur à Andrézieux-Bouthéon. Elle a vu le jour suite au projet de fusion de la Communauté de communes des Pays de Saint-Galmier avec Saint-Etienne, dans le cadre du futur Schéma Départemental de Coopération Intercommunale. "En ce qui concerne notre territoire de la CCPSG, la majorité des maires ont dit "non" à une fusion forcée avec Saint Étienne Métropole. Seules Andrézieux-Bouthéon et la Fouillouse ont décidé de ne pas se rallier à cette majorité et de quitter la communauté pour rejoindre Saint Étienne Métropole dans le cadre d'une procédure dérogatoire", explique l'association. "Andrézieux-Bouthéon à fait le choix de ne plus siéger au sein du conseil communautaire contrairement à la Fouillouse qui dans l'attente de la décision préfectorale continue à travailler au sein de la CCPSG [...] après la forte mobilisation des habitants lors des différentes réunions publiques, des 5 000 signatures pour dire "non" à ce projet de fusion dans l'état, nous avons souhaité dans le cadre d'une démarche citoyenne, porter la voix des habitants de notre territoire." Ainsi, l'association "Quel avenir pour notre Forez Sud" souhaite: que l'ensemble des élus organise une consultation de la population et plus précisément dans les Communes de Andrézieux-Bouthéon et la Fouillouse, que les élus informent les habitants des négociations entre Saint-Étienne Métropole, la CCPSG et Andrézieux-Bouthéon, et que les candidats aux législatives de la circonscription se prononcent clairement sur ce projet.

    Association des habitants de la Communauté de commune des pays de Saint-Galmier
    5, boulevard Pasteur
    42160 Andrézieux-Bouthéon
    avenirforezsud@voila.fr

  • FETE DU LIVRE 2012

    livre.jpgSamedi 10 et dimanche11 Mars a eu lieu la fête du livre qui s’est déroulée au château de Bouthéon.

    L’inauguration s’est déroulée le samedi  après midi en présence de  Mr le Maire, B.Marty, E.Vocanson, G.Brot,  L’adjointe à la culture était absente.

    Un animateur de RCF a présenté chacun des 31 auteurs régionaux, à marche forcée, sans engagement de direction avec ces derniers.

     Comme pour d’autres manifestations organisées sur la commune, on peut déplorer:

    1. L’absence de stands dédiés à la jeunesse (seulement 2 auteurs sur 31)
    2. La diminution du nombre d’auteurs présents (plus de 40 étaient prévus)
    3. La reproduction à l’identique des précédents éditions : même lieu  inadapté, peu de monde d’où une ambiance peu conviviale, bien loin de l’animation que devrait susciter une telle manifestation

    IL Y AVAIT LES LIVRES, IL MANQUAIT JUSTE LA FETE!

  • http://lessor.fr/2012/05/06/amenagement-le-scot-sud-loire-annule-par-le-tribunal-administratif/

    Comme le laissait pressentir l’audience du tribunal administratif de Lyon consacrée aux recours contre le Scot Sud Loire (Schéma de cohérence territoriale), les jugements rendus sur trois recours validés ont annulé, mercredi dernier, le document qui planifie l’aménagement sur le territoire du tiers sud de la Loire.
    Adopté le 3 février 2010, le Scot (Schéma de cohérence territoriale) Sud Loire était attaqué par 18 recours devant le tribunal administratif de Lyon qui a validé trois de ces recours et par conséquent annulé le Scot. Le recours du Pays de Saint-Galmier a été retenu par le tribunal qui s’est appuyé sur le jugement d’un précédent recours du même Pays de Saint-Galmier contre le Dac (Document d’aménagement commercial) annexé au Scot, confirmant du même coup l’annulation de celui-ci. Le recours de la société Immochan a été accepté également par les magistrats au motif que le Scot est insuffisamment contraignant pour protéger les corridors biologiques. Un troisième recours présenté par la commune d’Andrézieux-Bouthéon a été accepté entraînant un jugement exprimé dans des termes identiques pour les trois recours : « La délibération du 3 février 2010 par laquelle le syndicat mixte du Scot Sud Loire a approuvé le Scot est annulée ».
    Monique Girardon, présidente du Pays de Saint-Galmier, ne cache pas sa satisfaction de voir annulé le Scot que ce territoire n’avait pas voté en 2010 : « Pour nous, c’est la conclusion d’une action que l’on mène depuis trois ans pour tenter de faire respecter une vision de territoire cohérente. Nous sommes très satisfaits de pouvoir être entendus».
    « Après 30 mois d’instruction la grande majorité des recours, soit 15 sur 18 a été rejetée, fait remarquer Maurice Vincent président du Scot Sud Loire et les trois validés par le tribunal administratif sont de nature technique et ne remettent pas en cause les grandes orientations politiques retenues ». Ils conduisent néanmoins sur le plan juridique à l’annulation du Scot, doit convenir Maurice Vincent. « Ce jugement ne fait pas disparaître toute réglementation souligne-t-il, même si de grands groupes privés voudront sans doute tirer bénéfice de cette situation. Dans la zone de la Directive territoriale d’aménagement (DTA), les contraintes de celle-ci s’appliqueront rigoureusement, et en dehors, c’est l’Etat qui sera en situation d’appliquer les règles de droit commun exigeantes et restrictives pour les collectivités ».
    « Les élus du Scot Sud Loire seront prochainement réunis pour déterminer ensemble les suites que nous donnerons à ce jugement », annonce Maurice Vincent rappelant que la loi Grenelle 2 imposent de toutes façons une couverture de l’ensemble du territoire national par des Scot au plus tard le 1er janvier 2017.
    Un appel du jugement est possible, qui n’est pas toutefois suspensif de la décision d’annulation. Celle-ci est aujourd’hui effective.

  • Réunion publique sur "Les Terrasses"

    terrasses.jpgUn nouveau quartier....

                 Mardi 6 mars avait lieu à 19 h au théâtre du Parc, une réunion publique concernant le nouveau quartier des Terrasses, l'aménagement de l'entrée du quartier de la Chapelle et la transformation de la halle de la chapelle qui serait cloisonnée afin de la rendre plus utile (comme une sorte de mini CABL..).

    La soirée était animée par le maire, un représentant du SEDL (Société d'Équipement et de Développement de la Loire) et un architecte. A noter que l'adjoint à l'environnement, Eric Vaucanson, normalement concerné par le projet du quartier « durable » des Terrasses, n'est jamais intervenu durant les 1H15 de discussion.

    Après le non évènement de la dernière présentation de l'agenda 21, la majorité municipale persiste à imposer à la population des projets sans concertation ni vision d'avenir. Résultat : la population montre sa désaprobation à ce mode de fonctionnement par son absence. En effet, seulement une soixantaine d'habitants ont répondu présents à cette réunion d'information.

    • 1er point, Les Terrasses : Le quatrième quartier de notre commune : ou comment cloisonner les populations...

    C'est avec un goût de réchauffé (projet de plus de 10 ans) que l'on nous a présenté l'éco-quartier des Terrasses, qui malheureusement n'en est plus un.

    • L'usine d'imprégnation de poteaux en bois qui a utilisé le site durant ¾ de siècle,
    • le rachat du site par la mairie,
    • La dépollution,
    • Les concours d'urbanisme qui avaient été lancés de 1999 à 2005. et enfin l'arrêté municipal qui a chargé le SEDL de développer le projet.

     Par la suite, le représentant du SEDL, assisté d’un architecte, nous présente le projet.

    L'architecte énonce les chiffres clés du projet :

    - 11 ha de terrain,

    - 450 logements prévus,

    - 4000 m2 de commerces de proximité,

    - 15 000 m2 d'équipements publics (médiathèque, conservatoire, école, maison de retraite..).

    - Un espace vert va également  être crée au nord ouest du site grâce « à la terre qui nous gênait », nous a précisé l'architecte. (Qu'entend – il  dans par cela???)

     Le quartier des Terrasses n'a pas vocation a accueillir des logements sociaux. En effet, l'équipe municipale juge que seul le quartier de la Chapelle doit proposer des logements sociaux. On ne peut que se poser des questions sur la politique de logement auprès des plus défavorisés de nos concitoyens.

     Par ailleurs, dans ce nouveau quartier, aucune piste cyclable ne sera créée, le maire a précisé que les trottoirs seraient dédiés aux modes doux et que les cyclistes partageraient l’espace dédié aux piétons.

    Effectivement, ce nouveau quartier des terrasses semble bien être une extension du quartier de la chapelle car si on aperçoit de-ci de-là quelques petites taches bleues et un peu de vert sur le plan en 3D, On déchante rapidement lorsqu’on apprend que ce sont en réalité des bassins de rétention (qui servent à compenser le nouveau bétonnage et qui sont donc obligatoires pour servir de zone tampon et ne pas accentuer la montée du Furan en cas de fortes précipitations)…Ayons une petite pensée pour les futurs habitants de ce quartier qui pourraient voir de leur fenêtre un magnifique trou recouvert d’une bâche imperméable grise (qui contiendrait sans doute un peu d’eau en cas de pluie…pratique pour les moustiques… au moins, là, le volet “ biodiversité ” de l’agenda 21 de la ville serait mi en œuvre..)

     De plus, on ne peut qu'être désolé de voir se créer une nouvelle ville dans la ville. Le quartier n'a aucune ouverture sur l'extérieur à part sur la zone industrielle... En effet, ce quartier est construit de façon à vivre en complète autonomie (écoles, commerces...) si ce n'est  pour sa gestion des déchets, son alimentation énergétique (eh oui, nous allions oublier de spécifier que le chauffage ne se fera pas par la chaufferie au bois mais par simple souci d’économie financière (à court terme…) par une chaudière à gaz (énergie fossile..). Bref, pour ceux qui rêvaient d’un quartier écolo avec éoliennes, utilisation des déchets pour produire des biogaz…, la déception est grande car la volonté et le manque de courage politique en latière d'environnement est là.

     

    •  2èmepoint, la restructuration de l'entrée du quartier de la Chapelle : De la poudre aux yeux lancée au habitants du quartier de la chapelle.

    Avec un manque total de politique d'urbanisme et encore moins de vision, l'équipe municipale actuelle réalise des travaux d'embellissement en entrée de ville, tout ceci en vue des prochaines élections municipales mais aussi pour donner une meilleure image du quartier aux futurs aquéreurs des logements des Terrasses...

    La décision a été prise d'embellir l'entrée du quartier (l’accès par le rond point de l'Avion).  Un rond point va être créé à l'intersection (dangereuse) de la route qui mène à la fontaine de l'Avion,par les rues Lamartine et Molière. Devant la supérette Dia, une place entourée de deux voies de circulation à sens unique, sera agrémentée de jets d'eau et d'arbres. Des place latérales seront créées à l'insu des places en épis existantes. Le nombre de places sera donc réduit mais la mairie projette de remplacer un espace vert par un nouveau parking. Il est vrai que ce quartier manquait cruellement de bitume... Il ne semble pas prendre en compte l'existence d'un grand parking derrière la supérette Dia souvent désert... Ainsi, ne nous y trompons pas, ce projet n'à malheureusement pas été mis en oeuvre par ses habitants

     

    • 3ème point, la fermeture partielle du hall de la place centrale du quartier :

    Une partie du hall devrait être fermé. Une salle sera alors créée et elle atteindra une surface d'environ 1 000 à 1 500 m2. Cette espace accueillera des activités du centre social ou des scolaires ainsi qu'une partie du marché le jeudi.

     Le bâtiment présenté à été qualifié de « cauchemar » par un habitant. Il est vrai que ce projet de bâtiment composé de bois, de béton et de verre, traversé par la poutre existante du hall n'est pas très esthétique. Le maire a précisé que ce n'était qu'un projet.

     Pour conclure, nous pourrions nous demander si plutôt que de réaménager, sans grande conviction, le quartier de la chapelle et d’utiliser des milliers d’euros pour accentuer le bétonnage du site, il n’apparaîtrait pas plus judicieux d’investir sur du long terme afin de donner sa chance au quartier des terrasses. En effet, si ce quartier devenait ce qu’il aurait du être, il est certain que toute la commune en aurait profité car investir dans de nouvelles énergies ou sur des nouveaux modes de gestions des ressources ou des déchets représente l’avenir et aurait donné un beau coup d’éclat à la commune.