Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Précision à apporter à l’édito du maire dans le bulletin municipal « l’envol » de février N°138

     

    Monsieur le Maire fait preuve de beaucoup d’approximation quand il faut expliquer les finances, les différents coûts ou factures payées par nos concitoyens.

     

    En effet, le coût de l’eau, où on nous explique que le montant à payer est de 1.5 euros/m3 pour la consommation et 1.5 euros/m3 pour l’assainissement et que nous sommes a priori privilégié.

     

    D’après un rapport de l’AMF (association des Maires de France) ainsi que de l’IFEN  (Institut français de l’environnement), le prix moyen de l’eau en France est de 3 euros/m 3 (consommation + assainissement).

     

    Nous sommes donc dans la moyenne nationale, rien de plus…..

     

    Par ailleurs, nous ne sommes que 55% des communes à avoir confié la gestion de l’eau à des sociétés privés tel que la SAUR.

     

    En ce qui concerne « la logique d’investir sur le réseau d’eau pour diminuer les pertes, donc réduire la facture d’eau », malheureusement les perspectives nationales de l’IFEN jusqu’en 2015 font part d’une augmentation de la part assainissement. Nous devrons donc être très vigilant sur les années à venir.

     

    Un second point à soulever, c’est le montant et le financement des travaux à effectuer après le transfert de voirie du Conseil Général à notre commune, du RD498 (artère principale), suite à la mise en place de la déviation. Le montant s’élève à 1 282 810 euros ttc environ !

     

    Qui paye ?, quelle est la participation financière du Conseil Général pour nous transférer un axe nous dit on « sans avoir connu de réelles modifications depuis 30ans » !

     

    Y a-t-il un montage financier Communauté, Région, Etat ? Ou seul nos concitoyens doivent payer la facture !

     

    Tout cela n’est pas précisé dans le projet présenté dans « l’Envol », et pourtant, la crise actuelle, les incertitudes des ressources financières de demain suite à la réforme sur la fiscalité, devrait faire l’objet d’une attention toute particulière de la part de nos élus et dans l’explication auprès de la population des négociations pour obtenir les aides nécessaires.