Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sylvain salla

  • Assemblée générale du Parti Radical de la Loire

    Présent avec Michel Thiollière aux cotés de Alain Berthéas, Président, pour évoquer la situation politique de la Loire à l'issu du premier tour de la primaire de la droite et du centre.

  • Solidarité ne rime pas avec majorité…

    500 personnes étaient présentes dans la salle des fêtes de Saint-Bonnet-les-Oules. L’inquiétude est grande pour les habitants et les élus des communes impactées par l’implantation de la nouvelle maison d’arrêt.

    Le soutient entre élus locaux est primordiale pour défendre son territoire devant des directives nationales qui ne tiennent parfois pas comptes de l’intérêt général à l’échelle locale.

    La venue du maire de Feurs et Saint-Galmier, du député Paul Salen lundi 07 novembre ou encore du premier magistrat de Montrond-les-Bains samedi 12, sont des gestes de soutien importants, sans compter les nombreux autres élus des communes voisines.

    Malheureusement, aucun élu du groupe majoritaire d’Andrézieux-Bouthéon n’était présent sur l’estrade de la salle Sylvestre aux côtés des autres élus pour afficher le soutien de notre commune à propos de ce projet. De plus, nous sommes nous aussi concernés car la ville d’Andrézieux-Bouthéon est l’un des sites probables pour une installation de la nouvelle maison d’arrêt.

    Compte tenue de la foule qui s’est déplacée en masse pour cette cause, nous n’avons pas eu l’occasion d’échanger avec l’un des élus d’opposition d’Andrézieux-Bouthéon présent, à priori, Monsieur Ceyte.
    Dans un déni de démocratie aussi souligné que dans cette affaire, la solidarité entre élus est là essentiel.

  • PROJET DE MAISON D'ARRET DANS LE FOREZ ....

    Nous étions présents dans la salle Sylvestre de la commune de Saint-Bonnet-les-Oules lundi 07 novembre 2016 afin d’éclaircir ce dossier bien obscur.


    Trois sites était désignés pour une nouvelle implantation de la maison d’arrêt de la Talaudière; Andrézieux-Bouthéon, Roche la Molière et Saint-Bonnet-les-Oules.
    Le verdict est tombé le 02 novembre dans les colonnes du Progrès « le ministère de la justice a pris la décision de valider le site de Saint-Bonnet-les-Oules ». Ces mots sont ceux du chef de cabinet du préfet de la Loire.

    Cependant beaucoup d’aberrations demeurent dans ce dossier.
    Tout d’abord, le député Paul SALEN a appris à titre confidentiel l’implantation de cet établissement via un SMS du préfet le 27 octobre dernier, et le maire via la presse.
    La proximité avec un site classé seveso (SNF), un aéroport (Bouthéon) et un collège (Veauche) ne semble en rien déranger les services préfectoraux.

    Le 06 novembre, le Garde des Sceaux Jean-Jacques URVOAS en personne répondait à un e-mail de l’association des habitants par, je cite, « […] Pour ma part, je n'aurais à connaître ces suggestions qu'à partir du 16 décembre. […] Seuls primeront alors les critères de l'intérêt général et des besoins de l'autorité judiciaire. »
    C’est l’incompréhension. La préfecture certifie que le lieu est retenu, le ministère certifie le contraire.

    Nous sommes ici dans un véritable déni de démocratie. Il n’y a eu aucune concertation et communication avec les élus locaux et les habitants.
    La manière dont a été prévenu le député (par sms) et le maire (par les médias) est aussi condamnable pour un projet aussi important qu’une maison d’arrêt.
    Pour le cas de notre ville, Jean-Claude SCHALK a appris qu’Andrézieux-Bouthéon était un site potentiel via la presse, d’après Guy FRANÇON.

    Le choix de Saint-Bonnet-les-Oules est aussi à remettre en question.
    Que faire des 550 détenus en cas d’accident majeur chez SNF? Doit-on laisser les personnes en semi-liberté prendre la même ligne de bus que les collégiens de Veauche? Un village de 1600 habitants peut-il prendre en charge l’eau potable, les eaux usées, les démarches administratives de 550 nouveaux habitants forcés? Oui, les détenus d’une prison sont considérés comme domiciliés sur la commune de détention.


    D’après les dernières informations dont nous disposons, le cahier des charges d’un établissement pénitentiaire exclut entre autre un emplacement dans un périmètre Seveso, une proximité avec un aéroport ou un aérodrome et l’environnement proche ne doit pas permettre des vues plongeantes sur l’édifice depuis une position extérieure à l’établissement.
    Ces trois critères permettent déjà à nos voisins de voir une issue positive à ce feuilleton administratif.
    De plus, le député Paul SALEN a eu une conversation le 08 novembre à l’Assemblée Nationale avec le garde des Sceaux. Le ministre à certifié qu’aucun site n’était encore arrêté.

    Donc à ce jour, rien n’est acté. Le 16 décembre sonnera surement la fin du suspense.

    L'absence des élus de la majorité ainsi que de l'opposition a été remarqué, nous apportons notre soutien de simple citoyens à Saint-Bonnet-les-Oules et saluons leur combativité.

    Lire la suite

  • Narcisse, le grand bâtisseur

    Les grands bâtisseurs égyptiens n’ont qu’à bien se tenir !

    Cela n’aura échappé à personne, nos représentants sont de grands bâtisseurs, à croire que le béton coule dans leurs veines et que nos impôts sont inépuisables.

    Le stade, le CABL, le boulodrome, la médiathèque, un golf, un futur groupe scolaire, un futur gymnase et j’en passe.
    Certains de ces équipements sont démesurés, pour la plupart complètements optionnels… Mais l’objectif est toujours de faire plus grand, plus impressionnant, en espérant au passage faire jalouser nos voisins que l’on regarde de haut.
    Tous ces projets sont à l’image de leur décideur, Narcisse, qui n’hésite même plus à s’inaugurer le portrait en salle du conseil, aux cotés des grands qui eux, ont oeuvré pour le développement de notre cité. Vous voyez un peu le tableau…

    Bref, je m’égare. Toutes ces réalisations ont des coûts élevés pour la collectivité.
    Ajoutez le CABL, le stade, le golf et la médiathèque vous arrivez déjà à une enveloppe de 15 800 000 € rien que pour la construction, à peu près (oui, nous avons rarement les chiffres exacts).

    Dans ses éditoriaux, Narcisse a parfois des mots pleins de sens et de réalités, que je partage parfois. Pour le plaisir, reprenons un extrait de l’Envol de mars 2015.
    « […] au moment où les collectivités et l’Etat se trouvent confrontés au fortes diminutions de leurs moyens financiers. […] » (JC Schalk).

    Vous la voyez la contradiction entre les paroles et les actes ? Allez une autre;

    « […] une période économiquement compliquée ne plaidant pas pour la réalisation d’investissement aussi importants. […] » (JC Schalk sur la nouvelle ligne de tram de Saint-Etienne). Pour cette dernière, certes nos équipements « à nous » n’atteignent pas des dépenses aussi importantes que pour une ligne de tram.
    Mais à l’échelle de notre ville de 10 000 habitants, nos projets sont loin d’être des « […] investissements porteur d’avenir pour les décennies à venir et les populations qui en bénéficieront. […] » (JC Schalk)

    Contradiction, quand tu nous tiens…

    Lire la suite

  • Narcisse, le grand bâtisseur

    Les grands bâtisseurs égyptiens n’ont qu’à bien se tenir !

    Cela n’aura échappé à personne, nos représentants sont de grands bâtisseurs, à croire que le béton coule dans leurs veines et que nos impôts sont inépuisables.

    Le stade, le CABL, le boulodrome, la médiathèque, un golf, un futur groupe scolaire, un futur gymnase et j’en passe.
    Certains de ces équipements sont démesurés, pour la plupart complètements optionnels… Mais l’objectif est toujours de faire plus grand, plus impressionnant, en espérant au passage faire jalouser nos voisins que l’on regarde de haut.
    Tous ces projets sont à l’image de leur décideur, Narcisse, qui n’hésite même plus à s’inaugurer le portrait en salle du conseil, aux cotés des grands qui eux, ont oeuvré pour le développement de notre cité. Vous voyez un peu le tableau…

    Bref, je m’égare. Toutes ces réalisations ont des coûts élevés pour la collectivité.
    Ajoutez le CABL, le stade, le golf et la médiathèque vous arrivez déjà à une enveloppe de 15 800 000 € rien que pour la construction, à peu près (oui, nous avons rarement les chiffres exacts).

    Dans ses éditoriaux, Narcisse a parfois des mots pleins de sens et de réalités, que je partage parfois. Pour le plaisir, reprenons un extrait de l’Envol de mars 2015.
    « […] au moment où les collectivités et l’Etat se trouvent confrontés au fortes diminutions de leurs moyens financiers. […] » (JC Schalk).

    Vous la voyez la contradiction entre les paroles et les actes ? Allez une autre;

    « […] une période économiquement compliquée ne plaidant pas pour la réalisation d’investissement aussi importants. […] » (JC Schalk sur la nouvelle ligne de tram de Saint-Etienne). Pour cette dernière, certes nos équipements « à nous » n’atteignent pas des dépenses aussi importantes que pour une ligne de tram.
    Mais à l’échelle de notre ville de 10 000 habitants, nos projets sont loin d’être des « […] investissements porteur d’avenir pour les décennies à venir et les populations qui en bénéficieront. […] » (JC Schalk)

    Contradiction, quand tu nous tiens…

    Lire la suite